Enquête publique sur Le PEAN

Un enquête publique sur le périmètre du PEAN est en cours dans les communes concernées. la lettre suivante à été remise au commissaire enquêteur lors de sa consultation sur la commune de Sucé sur Erdre
Dans la première phase du PEAN, les propriétaires de chevaux de loisirs ont été un peu les boucs émissaires du monde agricole. Après dialogue et négociation, la réunion du 5 juillet 2011 (CR joint) nous a apporté des précisions rassurantes. L’utilisation de terres naturelles ou agricoles par un particulier pour y mettre ses chevaux ne remet absolument pas en cause le caractère naturel ou agricole de ce terrain. Dans certains secteurs, les friches envahissent la campagne, les seules parcelles entretenues étant celle utilisées par les particuliers propriétaires de chevaux de loisirs Si le PEAN est utilisé à bon escient, c'est-à-dire s’il préserve l’espace naturelle et agricole de l’urbanisation, j’adhère à son principe car dans ce cas, il préserve aussi les chemins, les paysages, l’attrait touristique pour les randonneurs. Si le PEAN permet une « industrialisation de l’agriculture locale, c'est-à-dire l’agrandissement démesuré d’exploitation agricole pour faire de certaines zones une « petite Beauce », je suis définitivement contre car plus les exploitations sont grandes, plus les chemins ruraux sont supprimés ou privatisés. Isabelle DELANNOY-CORBLIN Présidente du Comité Départementale de Tourisme équestre de Loire Atlantique